Rechercher

L’HYPNOSE POUR GUERIR LES 5 BLESSURES DE L’ÂME

Dernière mise à jour : 22 janv.



Les blessures de l’âme, c’est quoi?

Les blessures de l’âme ou blessures émotionnelles ont été mises en lumière par plusieurs thérapeutes. Je n’en citerai qu’une : Lise BOURBEAU, auteur du best-seller « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même ».

Lise BOURBEAU nous explique que les blessures de l’âme sont profondément ancrées en nous. Ces blessures se sont créées durant les premières années de notre vie, voire même in-utéro, avant notre arrivée sur Terre.

Qui active la blessure?

Les figures d’autorité contribuent à activer nos blessures. Nos parents, grands-parents, professeurs, nourrices… seraient-ils donc les responsables de nos blessures? Oui et non… car s’ils en sont à l’origine, c’est nous qui activons les blessures… Nous sommes responsables de nos interprétations… car tout est question d’interprétation, de perception. Nos parents, grands-parents, professeurs, nourrices… ont eu un jour des comportements à notre égard et nous les avons perçus d’une certaine manière, nous les avons compris ce jour-là d’une certaine façon et nous continuons de percevoir et ressentir les mêmes choses aujourd’hui à l’âge adulte. Elles se sont ancrées dans notre subconscient.

Comment ces blessures nous gâchent la vie?

Ces blessures ont un rôle majeur dans notre vie puisqu’elles conditionnent nos comportements, nos rapports aux autres, nos pensées et nos émotions. Par nos réactions disproportionnées, nous souffrons de l’intérieur. Les mêmes scenari se répètent en boucle. Notre corps nous donne régulièrement des alertes.


Quelles sont ces 5 blessures?

Il faut savoir que nous souffrons tous de ces blessures, à des degrés plus ou moins élevés. De manière générale, une à trois blessures prédominent chez chacun d’entre nous. En voici un bref aperçu :

1. REJET

Caractère : détaché du matériel. Perfectionniste. Intellectuel. Passe par des phases de grand amour à des phases de haine profonde. Ne croit pas à son droit d’exister. Difficultés sexuelles. Se croit nul, sans valeur. Recherche la solitude. Effacé. Capacité de se rendre invisible. Trouve différents moyens pour fuir. Part en astral facilement. Se croit incompris. Difficulté à laisser vivre son enfant intérieur.

Masque : fuyant

Plus grande peur : la panique

Lorsque la blessure de rejet est activée, on met le masque du fuyant. Celui-ci nous porte à vouloir fuir la situation ou la personne avec laquelle on croit vivre du rejet, par peur de paniquer et de se sentir impuissant. Ce masque peut aussi nous convaincre de devenir le plus invisible possible en nous retirant à l’intérieur de nous-même, en ne disant ou en ne faisant rien qui puisse nous faire rejeter davantage par l’autre. Ce masque nous fait croire qu’on n’est pas assez important pour prendre notre place, que nous n’avons pas le droit d’exister au même titre que les autres.

Guérison : la blessure de rejet est en voie de guérison quand on prend de plus en plus notre place, quand nous osons nous affirmer. Si quelqu’un semble oublier que nous existons, nous pouvons quand même être bien dans notre peau. Il nous arrive beaucoup moins de situations où nous avons peur de vivre de la panique.

2. ABANDON

Caractère : victime, fusionnel. Besoin de présence, d’attention, de support et surtout de soutien. Difficulté à faire ou à décider seul. Demande des conseils mais ne les suit pas nécessairement. Difficulté à accepter un refus. Pleure facilement. Un jour joyeux, un jour triste. S’accroche physiquement aux autres. Psychique. Recherche l’indépendance. Aime le sexe.

Plus grande peur : la solitude

Lorsque la blessure d’abandon est activée, nous portons le masque de dépendant. Celui-ci nous fait devenir comme un petit enfant qui a besoin et qui cherche l’attention en pleurant, en se plaignant ou en étant soumis à ce qui se passe, car nous croyons y arriver seul. Ce masque nous fait faire n’importe quoi pour éviter qu’on nous laisse ou pour avoir plus d’attention. Il peut même aller jusqu’à nous convaincre d’aller jusqu’à nous rendre malade ou être victime de problèmes pour obtenir le soutien recherché.

Guérison : la blessure d’abandon est en voie de guérison quand nous nous sentons bien même si nous sommes seul et quand nous recherchons moins d’attention. La vie est moins dramatique. Nous avons de plus en plus envie d’entreprendre des projets et même si les autres ne nous appuient pas, nous pouvons continuer.


3. HUMILIATION

Caractère : a fréquemment honte de lui-même et des autres ou a peur de faire honte. N’aime pas aller vite. Connaît ses besoins mais ne les écoute pas. En prend beaucoup sur son dos. Contrôle pour éviter la honte. Se croit malpropre, sans coeur, cochon ou moindre que les autres. Fusionnel. Joue à la mère. Hypersensible. Se punit en croyant punir l’autre. Veut être digne. Vit du dégoût. N’écoute pas ses besoins sexuels. Compense et se récompense par la nourriture.

Plus grande peur : la liberté

Lorsque la blessure d’humiliation est activée, nous mettons le masque du masochiste. Celui-ci nous fait oublier nos besoins pour ne penser qu’à ceux des autres en devenant une bonne personne, généreuse, toujours prête à rendre service. Nous nous arrangeons pour prendre sur notre dos les responsabilités et des engagements de ceux qui semblent avoir de la difficulté à respecter ce qu’ils doivent faire, et ceci avant même qu’on nous le demande. Nous faisons cela pour nous rendre utile, toujours pour ne pas nous sentir humilié, rabaissé. Nous nous arrangeons aussi pour ne pas être libre.

Guérison : la blessure d’humiliation est en voie de guérison lorsque nous prenons le temps de vérifier nos besoins avant de dire oui aux autres. Nous en prenons beaucoup moins sur nos épaules et nous nous sentons plus libre. Nous sommes également capable de faire des demandes sans nous croire dérangeant, voire « emmerdant ».


4. TRAHISON

Caractère : se croit responsable et fort. Cherche à être spécial et important. Ne tient pas ses engagements ou se force pour les tenir. Ment facilement. Manipulateur. Séducteur. A beaucoup d’attentes. D’humeur inégale. Convaincu d’avoir raison et essaie de convaincre l’autre. Impatient. Intolérant. Comprend et agit rapidement. Performant pour être remarqué. Comédien. Se confie difficilement. Ne montre pas sa vulnérabilité. Sceptique. Peur du désengagement.

Plus grande peur : la séparation et le reniement

Lorsque la blessure de trahison est activée, nous portons le masque du contrôlant qui nous amène à devenir méfiant, sceptique, sur nos gardes, autoritaire et intolérant à cause de nos attentes. Nous faisons tout montrer que nous sommes une personne forte et que nous ne nous laissons pas faire ou avoir facilement, en particulier lorsque nous décidons pour les autres. Ce masque nous fait faire n’importe quoi au point de mentir pour éviter de perdre la face. Nous oublions nos besoins et faisons ce qu’il faut pour que les autres pensent que nous sommes fiables et dignes de confiance. Ce masque nous fait également projeter une façade de personne sûre d’elle-même, même si nous n’avons pas confiance en nous.

Guérison : la blessure de trahison est en voie de guérison lorsque nous ne vivons plus autant d’émotions au moment où quelque chose vient déranger nos plans. Nous lâchons prise plus facilement. Lâcher prise signifie arrêter d’être attaché aux résultats, arrêter de vouloir que tout se passe selon notre planification. Nous ne cherchons plus à être le centre du monde. Nous pouvons être fiers de nous même si les autres ne le reconnaissent pas.

5. INJUSTICE

Caractère : perfectionniste. Envieux. Se coupe de son ressenti. Se croise souvent les bras. Performant pour être parfait. Trop optimiste. Vivant, dynamique. Se justifie beaucoup. Difficulté à demander de l’aide. Peut rire pour un rien pour cacher sa sensibilité. Ton de la voix sec et raide. N’admet pas qu’il vit des problèmes. Doute de ses choix. Se compare à mieux et à pire. Difficulté à recevoir en général. Trouve injuste d’en obtenir moins et encore plus injuste d’en recevoir plus que les autres. Difficulté à se faire plaisir sans se sentir coupable. Ne respecte pas ses limites. S’en demande beaucoup. Se contrôle. Aime l’ordre. Rarement malade. Colérique. Froid et difficulté à montrer son affection. Aime avoir une apparence sexy.

Plus grande peur : la froideur

Lorsque la blessure d’injustice est activée, nous portons le masque du rigide, qui fait de nous une personne froide, brusque et sèche au niveau du ton et des mouvements. Notre corps devient rigide aussi. Ce masque nous fait devenir très perfectionniste et nous fait vivre beaucoup de colère, d’impatience, de critique et d’intolérance face à nous-même. Nous sommes très exigeant et nous ne respectons pas nos limites. Chaque fois que nous nous contrôlons, que nous retenons et que nous sommes durs avec nous-même, c’est aussi signe que nous avons mis le masque du rigide.

Guérison : la blessure d’injustice est en voie de guérison lorsque nous nous permettons d’être moins perfectionniste, de faire des erreurs dans la vie sans vivre de colère ou de critique. Nous nous accordons le droit de montrer notre sensibilité, de pleurer devant les autres sans perdre le contrôle et sans peur du jugement des autres.


Pourquoi faut-il se libérer de ses blessures?

Prendre conscience de sa principale blessure est déjà le premier pas vers un processus de guérison. Il s’agit avant tout de chose de l’accepter, de se libérer de l’emprise de cette blessure pour devenir pleinement soi-même, pour ne plus subir ces souffrances intérieures.

Quel moyen pour y parvenir?

L’hypnose peut vous y aider. Je vous propose une première séance pour vous aider à atténuer les séquelles de la blessure principale en revivant la cause et en comblant le besoin du soi enfant pour reprendre le chemin du véritable SOI. Puis, lors de la seconde séance, nous reprogrammons votre inconscient pour vous libérer des anciens schémas, pour que vous repreniez une vie harmonieuse, en accord avec vous-même.





159 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout